Bienvenue sur le site internet de la Municipalité de La Baussaine

Infos de la communauté de communes de la Bretagne Romantique.

Projet Social de Territoire

Construisons ensemble les services de proximité de demain !

Dans l’optique de construire des réponses adaptées aux besoins des habitants de la Bretagne romantique, la Communauté de communes a lancé, fin août, la construction de son projet social de territoire. Pendant 5 mois, une concertation des habitants, des élus et des différents partenaires de l’action sociale est menée pour aboutir à la mise en place d’actions concrètes correspondant aux besoins réels du territoire.

Comprendre les besoins de chacun

L’élaboration du projet social de territoire permet aux élus et acteurs du territoire de se connaître, de partager leurs points de vue sur les questions de mobilité, d’accès aux services et aux droits, d’isolement, d’habitat, de portage des repas… pour aboutir à la mise en œuvre, ensemble, des réponses adaptées aux besoins des habitants.

Une démarche participative

Pour ce faire, la Communauté de communes est accompagnée par un cabinet d’étude chargé de dresser le portrait social de la Bretagne romantique, en croisant un ensemble de données socio-démographiques et en tenant compte dupoint de vue des habitants, des élus et des professionnels.

Coconstruisons les solutions de demain 

Après avoir réalisé une enquête sur le mois de septembre, afin de cerner avec précision les besoins des habitants et de les confronter à l’offre de services existante, des ateliers thématiques et des réunions publiques ont lieu au cours de l’automne, auxquelles les élus, les habitants et les professionnels sont invités à participer. Ces diverses étapes permettent de coconstruire des réponses concrètes et adaptées aux besoins mis en exergue. Ces travaux permettront de formaliser un plan d’actions concrètes dont les différents acteurs sociaux pourront s’emparer, à plus ou moins long terme.

+ d’infos : c.noret@bretagneromantique.fr

Pour suivre l’élaboration du Projet Social de Territoire, vous pouvez consulter le « Lettre Info Sociale » disponible dans la rubrique « Publications » du site Internet www.bretagneromantique.fr

Pour connaître les dates des ateliers et réunions publiques : rendez-vous dans la rubrique « Agenda » du site Internet www.bretagneromantique.fr


Plan Local d’Urbanisme Intercommunal…

Où en est-on ?

Fin 2023, la Communauté de communes Bretagne romantique adoptera son Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi). Ce document a pour ambition d’imaginer le visage de notre territoire pour les 10 années à venir en envisageant les règles de constructibilité à l’échelle de ses 25 communes. Entre procédure réglementaire et souhait d’impliquer la population, voici un point d’étape sur ce dossier.

Les orientations du PADD votées

Basé sur un diagnostic précis de notre territoire, les orientations du Plan d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) ont été actées en mai 2021, après avoir été débattues dans les 25 conseils municipaux de la Communauté de communes. Ce document pivot fixe les grandes orientations du territoire en matière d’habitat, d’environnement, de mobilité, d’identité…

C’est une étape indispensable pour débuter l’écriture du règlement du PLUi qui, sur la base du PADD, fixera les règles de constructibilité du territoire.

Pour un PLUi à l’image des habitants

Au-delà des obligations légales qui s’imposent à elle, la Communauté de communes Bretagne romantique a souhaité impliquer plus largement sa population dans l’élaboration de son PLUi. Au mois de janvier, les habitants de la Bretagne romantique qui souhaitaient s’impliquer ont donc été appelés à se manifester pour intégrer des groupes de travail. Plus de 80 personnes se sont fait connaître ! Elles échangent actuellement sur leurs visions de la Bretagne romantique de demain, leurs souhaits pour notre territoire, en vue de faire des propositions au Comité de Pilotage en charge du dossier.

+ d’infos : plui@bretagneromantique.fr ou https://urbanisme.bretagneromantique.fr/

Pour tout savoir du Projet d’Aménagement et de Développement Durables,
Rendez-vous aux réunions publiques de présentation :

  • Mardi 5 octobre
  • Mercredi 13 octobre

Date et horaire non connu à la date de bouclage du magazine.
Rendez-vous sur l’agenda du site Internet bretagneromantique.fr pour les connaître


              


Risque radon
La Communauté de communes recherche 200 maisons volontaire !

Le Communauté de communes accompagne les habitants de son territoire dans la lutte contre le radon, gaz incolore et inodore, issue de la décomposition du granit et potentiellement cancérigène. Une campagne de mesure débutera dès le mois de décembre 2021. A cette fin, la Communauté de communes recherche 200 habitants volontaires prêt à réaliser des mesures dans leur logement.

Le radon en quelques mots

Le radon est un gaz radioactif, incolore, inodore et d’origine le plus souvent naturelle. Il se forme par désintégration de l’uranium et du thorium naturellement contenus dans les roches ou le sol. Il est la principale source d’exposition naturelle à la radioactivité, avec de fortes disparités géographiques.

Le radon en Bretagne romantique

Compte tenu de la structure granitique de notre territoire, et de l’utilisation importante de cette roche dans les constructions anciennes, certaines communes sont particulièrement concernées par le risque radon.

Comment lutter contre la présence du radon dans les logements

Le radon ne peut pénétrer en quantité significative dans des bâtiments qu’à travers des failles dans le sol, fissures dans les dalles… Les moyens pour diminuer les concentrations de radon sont l’aération quotidienne et la ventilation des maisons, l’utilisation des vides sanitaires, le colmatage des fissures au niveau du sol, etc.

Une campagne de mesures

Si le risque radon est réel, cela ne signifie pas que toutes les habitations construites dans des zones à risque contiennent du radon. Pour le savoir, la seule solution est d’effectuer des mesures durant la période de chauffage, de décembre à mars. La Bretagne romantique souhaite donc trouver 200 habitants volontaires, notamment sur les communes les plus à risques.